14/11/2017

LA DEPRESSION...

8.jpg

La dépression

125390665_225408_html_62fa6325.png

 

 

 

La dépression, ça n'a rien de dramatique, mais c'est absolu. Ça a un côté sournois,  au début, vous ne remarquez presque rien.

Tel un monte-en-l'air, elle s'introduit chez vous par une fenêtre ouverte pendant votre sommeil.

Elle vous dérobe d'abord des babioles : votre appétit, votre envie de rappeler les gens. Puis elle revient récupérer le pactole, par exemple, votre envie de vivre. Un beau matin, sans comprendre comment, vous vous réveillez avec deux boulets attachés aux chevilles.

Soudain votre vie n'a plus de couleur, plus rien qui brille, rien de joli. Ce qui vous faisait rire vous semble factice et ennuyeux comme la pluie.

On réagit, on sort la tête hors de l’eau, la vie est belle, même si parfois on rencontre quelques épines.

 

 

1.jpg

 

7.jpg

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (33) |  Facebook |

21/07/2017

EPUISEMENT...

 

1.jpg

 

Épuisement

e335f845.png

 

 

 

Arrêter de s'épuiser n'est pas arrêter de travailler, mais travailler différemment.

Dans tous les cas, l'épuisement physique entraîne une remise en question psychologique basée sur une estime de soi souvent erronée, d'où l'importance de mesurer, via une véritable évaluation, son degré d'épuisement et de le reconnaître.

Nous avons tous des signaux, envoyés par notre corps, pour nous prévenir de notre état d'épuisement.

Si nous prenons le temps de les lister et les écouter, nous pourrons nous préparer à les recevoir et à réagir avant l'épuisement.

Trop souvent, à l'évocation de l'épuisement ou de la fatigue intense, la réponse apportée est "Tu devrais dormir plus".

Or, il est impossible de dormir plus, de passer des nuits reposantes quand nos journées nous maintiennent en état d'éveil et d'hypervigilance permanente.

Dormir, c'est la dernière étape pour arrêter de s'épuiser. Il ne faut pas commencer par dormir, il faut commencer par arrêter de s'épuiser pour pouvoir enfin retrouver un sommeil réparateur.

Marlène Schiappa

 

 

5.jpg

 

3.jpg

48833.gif

 

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (29) |  Facebook |

27/06/2017

LA SOUFFRANCE...

9.jpg

La souffrance

b12.gif

 

 

Dans notre société, la souffrance est encore un symptôme gardé secret. Nous prenons des médicaments pour la douleur de la vie cachés, nous traitons notre cholestérol élevé et notre moral au plus bas quand on nous demande “comment va le moral”, comme si la dépression n’était qu’un simple rhume ou une infection à soigner avec des antibiotiques.

Les médecins traitants disent qu’ils ne s’en sortent pas. Qu’ils reçoivent quotidiennement des dizaines de patients présentant des signes clairs de dépression ou de troubles de l’anxiété. C’est comme si la société était une pupille qui se dilate en entrant dans une pièce sombre, là où l’obscurité nous paralyse tout d’un coup.

La souffrance se colle au corps et à la tête, elle nous fait mal au dos, aux os, à l’âme, elle nous brûle l’estomac et nous serre la poitrine.

Arrêtons de sous-estimer la souffrance et apprenons à la comprendre, à être des agents actifs et surtout proches.

 

8.jpg

 

10.jpg

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (39) |  Facebook |

22/06/2017

LE JARDINAGE...

8.jpg

Le jardinage

82442715printemps.gif

 

 

 

Le jardinage est une source inépuisable de bien-être.  J’ai lu que jardiner s'accompagne d'effets bénéfiques pour l'organisme, en particulier contre le stress et en stimulant le système immunitaire.

Cette activité permet de perdre du poids sans faire de sport.

Que l'on s'occupe d'un petit jardin de ville, d’une terrasse, un balcon  ou d'un grand terrain à la campagne, les bienfaits sont similaires. L'important, c'est d'abord d'y prendre du plaisir.

Ce loisir demande une certaine force et bonne dose d'endurance. Plusieurs groupes de muscles et nombre d'articulations sont sollicités et parfois (très) énergiquement.

S'accroupir, soulever un sac de terreau, bêcher, biner, désherber, sarcler, planter, arracher... : l'activité physique est importante. Ainsi, jardiner intensément durant une heure fait dépenser autant de calories que trente minutes de fitness. D'ailleurs, sur un plan psychologique, le jardinage est une saine école à la fois de patience et de persévérance.

Hop, tous à nos bêches et râteaux.

 

7.jpg

 

 

 

gif-bon-jeudi-204.gif?w=328&h=281&crop&ssl=1

 

pwnzb12x.gif

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (34) |  Facebook |

04/05/2017

LES BAINS...

01.jpg

Les bains de forêts

xImcbg3bLCZ4A7nGe24VpnyrgSY.png

 

Des chercheurs nippons affirment aujourd’hui qu’il n’est pas juste nécessaire de suer pour améliorer votre condition physique et mentale.

Quand on pense au Japon, c’est parfois l’image de gratte-ciels et de hautes technologies qui nous vient en tête.

Et pourtant, on constate que leur rapport à la nature reste intact quand on prend la peine de quitter les grandes villes. Le bain de forêt,

ou "shinrin-yoku" , est une pratique courante et encouragée dans l’archipel et consiste à utiliser la nature comme médecine préventive, idéalement au cœur d’un lieu boisé.

Que ce soit par de simples balades en forêt ou par des pique-niques sous les fleurs de cerisier, passer du temps en contact avec la nature aurait de nombreux bénéfices sanitaires.

Et ce sont des scientifiques japonais qui l’affirment. La solution ?

Les bains de forêt !

À moins d’une heure de Tokyo, il est possible de se plonger en pleine nature pour un dépaysement total. La seconde : les Japonais prestent énormément d’heures de travail. Beaucoup sont oppressés par leur hiérarchie et une rigidité culturelle qui impose une rigueur sans faille dans l’activité productive.

Le bain de forêt n’est cependant à ne pas confondre avec la thérapie forestière également pratiquée au Japon. Quand la première porte en elle une notion préventive et douce, l’autre est vue comme une thérapie à part entière encadrée par des spécialistes agréés.

Pas besoin de courir si loin, même si les forêts japonaises sont magnifiques. La forêt du coin, fera l’affaire !

 

1.jpg

 

2.jpg

 

4.jpg

 

5.jpg

 

6.jpg

 

7.jpg

 

9.jpg

 

8.jpg

 

3.jpg

 

12.jpg

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (39) |  Facebook |

28/02/2017

LE STRESS...

7.jpg

Le stress

84e05306.gif

 

Stressé vous ? Peut-être un peu … 

Êtes-vous de ceux qui souffrent de brûlures d’estomac et avez une consommation excessive de fleurs de Bach ?

En bref, vous êtes sujets au stress.

Si votre entourage pouvait simplement éviter de vous dire ces phrases suivantes, vous iriez sûrement mieux.

" Tout est dans ta tête ".

Votre souffle est court, vous sentez des palpitations et avez des difficultés à respirer : en bref, vous êtes en état de stress. Et il n’y a rien de pire que d’entendre quelqu’un vous rappeler que ces symptômes proviennent de votre cerveau et qu’au final, ce n’est pas grand-chose. Parce qu’en réalité, vous le savez déjà et que vos symptômes, eux, sont toutefois bien réels.

" Calmez-vous "

Alors juste en passant si c’était si simple, ils l’auraient fait depuis longtemps vous ne croyez pas ? En réalité, il est nettement préférable d’écouter la personne stressée, même si ses problèmes vous paraissent idiots ou sans importance. Donner des conseils augmentera son sentiment de malaise.

" Ce n’est pas très grave".

Évidemment que ce n’est pas grave, sinon vous n’essayeriez pas de calmer la personne. Toutefois, vous n’êtes pas dans sa tête non plus et l’importance que vous portez à ses problèmes est toute relative. De même, chaque situation dépend du point de vue de la personne stressée, alors ça ne sert à rien non plus de lui dire que sa vie n’est pas si difficile.

 

" Tu ne veux pas prendre des médicaments" ?

Merci, mais non merci. On ne suggère pas à quelqu’un de prendre des médicaments, on l’écoute et à la limite on l’envoie consulter un médecin.

Les personnes stressées on leur fout la paix, la meilleure chose, c’est de ne rien dire et de se faire tout petit !

 

8.jpg

 

9.jpg

 

 

 

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (90) |  Facebook |

23/02/2017

LA CHROMOTHERAPIE...

8.jpg

La chromothérapie

arc-en-ciel-soleil.gif

Les couleurs font du bien !

Tout comme il est plus agréable de déguster chaque jour un plat différent, varier les couleurs et les matières, font énormément de bien à l’esprit comme au corps.

Renonçons aux chaussures qui font mal aux pieds, mais osons la couleur !

Elle donne bonne mine et va si bien avec le sourire.

La couleur est d’ailleurs une médecine, la chromothérapie, des chercheurs ont découvert qu’en diffusant de la couleur au travers d’un filtre, il était possible d’améliorer la santé de certains malades.

La chromothérapie c’est quoi ?

La chromothérapie est une méthode d'harmonisation et d'aide à la guérison naturelle des maladies par les couleurs. Des experts ont découvert que les couleurs correspondent à des vibrations ayant des vitesses, des longueurs d'onde et des rythmes différents. Elles exercent une influence physique, psychique et émotionnelle dont nous ne sommes généralement pas conscients mais cet ascendant permet au Chi en nous d'atteindre un état menant vers l'auto-guérison. La chromothérapie et l'héliothérapie (thérapie par les rayons solaires) ont joué un rôle important dans le monde depuis les médecines traditionnelles de l'Inde, de la Chine et de la Grèce.

La chromothérapie utilise un peu des notions d'acupuncture pour acheminer ses effets bénéfiques. Dans certaines cliniques spécialisées, elle se dispense sous forme de rayons lumineux, représentant des couleurs différentes et orientés sur la partie souffrante d'un sujet. Les thérapeutes de la couleur croient que le corps est en mesure de lire la couleur. Ils perçoivent sur la peau du sujet un léger frissonnement sous le rayon lumineux, comme si la zone souffrante du corps était ou bien stimulée ou bien apaisée par le phénomène de la couleur.

Après plusieurs siècles d'études pratiques, la conclusion est que  les couleurs peuvent guérir à peu près n'importe quel type de problèmes, qu'il soit d'ordre physique, mental ou moral.

 

 

images?q=tbn:ANd9GcRpaQP-qQk1ohjnZQGNwNKWvvyKvhaq4BUxGeVBLLp4rMtBXykQ7A

 

bonne-journee-ballon-mail.gif

00:01 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (45) |  Facebook |

25/10/2016

HEUREUX...

 

1.jpg

Heureux

coeur-vie-aa8-barre-separation-14-img.gif?w=400

 

 

 

Il a-t-il un âge où on est le plus heureux ?

En ce moment je me pose souvent cette question.

Je trouve que les enfants de moins de 10 ans et les personnes de plus de 70 ans sont les plus heureuses.

Les enfants sont dans l’innocence et les plus âgés se rendent compte qu’ils ont encore de l’énergie, du temps et parfois plus de moyens ou de possibilités de faire encore plein de choses.

J’entends des conversations souvent je me dis mais où trouvent-ils autant d’énergie et de temps pour faire tout ça, ils sortent plus que les jeunes qui sont épuisés souvent par leur vie et leur boulot.

Au-delà de 10 ans les petits tracas de l’école commencent, se faire des copains, savoir quel sera notre avenir professionnel la stabilité des parents qui n’est pas toujours comme un enfant la voudrait.

Après commence la vie active et vers les 20 30 ans beaucoup de changements dans la vie, d’opportunités à saisir, de choix à faire.

Les 40 50 ans sont beaucoup touchés par le stress je trouve, beaucoup plus de maladies, dépression, addictions parfois, burn-out, que de pression.

Pourquoi on en demande autant aux gens ?

Je trouve une triste réalité parfois entre 50 et 60 ans on se pose des questions, et on prend compte qu’il est encore temps de changer beaucoup de choses et surtout prendre soin de soi.

Il ne faut pas hésiter à tout stopper et prendre soin de soi plutôt que s’acharner à continuer une vie qui nous déplaît ou qui nous crée un mal-être.

Toujours s’écouter, même si on ne se rend pas compte parfois que tout peut dégringoler très vite.

Gardons toujours l’énergie qui nous fait rebondir, une vie saine, du sport, de la passion et être bien entouré, cela aide j’en suis persuadée.

 

2.jpg

 

3.jpg

 

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (36) |  Facebook |

06/10/2016

LE RANGEMENT...

8.jpg

Le rangement

5b69f1716687.gif

 

 

Sans rangement, le monde n'est, certes, pas viable.
Mais un endroit rangé n'a pas nécessairement à ressembler à une cellule de moine. Un peu de fouillis "artistique" est la preuve de l'originalité et de la fantaisie de son propriétaire.

Ranger, c'est en effet aussi embellir.
Si le désordre est laid et stressant, le manque de souplesse et l'absence de fantaisie dans un intérieur le sont autant.
Un intérieur trop rangé n'est ni chaleureux ni accueillant.

L'avantage du vrai rangement (une place pour chaque chose et chaque chose à sa place) est qu'un "mini-fouillis" peut être éradiqué en quelques secondes.
Il serait faux de confondre rangement et psychorigidité. Quelques journaux au sol, près de son canapé ou un verre vide sur sa table de nuit

je n'appellerais pas cela du "fouillis".
Juste la preuve que votre vie est gaie, animée et confortable.

Dominique Loreau

 

9.jpg

 

Je vous souhaite une excellente journée

 

giphy.gif

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (45) |  Facebook |

29/09/2016

DANSER...

8.jpg

Danser

bzgrpspb.gif

 

 

Danser est une manière de faire de la poésie avec le corps.

On dit que la danse est l’un de ces arts que pratiquent seulement les gens qui s’aiment beaucoup.

Cela est très logique, puisque l’on sait que pour être bons danseurs, nous devons bien connaître notre corps, et le connecter avec nos émotions profondes afin de les exprimer à travers des mouvements en particulier.

Dans la danse, il y a toujours du bonheur même si certaines personnes expriment des sentiments dramatiques.

Dans la danse, on met en jeu un acte de liberté, qui incarne une rupture avec les mouvements habituels et qui permet à chacun de transformer son corps en un moyen artistique.

Nous ne pouvons pas tous être danseurs professionnels mais la danse est bien sûr à portée de tous et de fait, elle est présente dans une infinité de situations sociales.

C’est pour cela que les discothèques existent et que l’on fait des fêtes régionales ou familiales.

Beaucoup pensent qu’une fête où l’on ne danse pas n’est pas une fête complète car danser est synonyme de célébration et de joie.

Le premier grand bienfait de la danse est physique.

La danse est un exercice exigeant qui implique un grand effort physique auquel est ajoutée une forte demande de coordination entre les différentes parties du corps et la musique qui retentit.

Les connaisseurs indiquent qu’une heure de danse équivaut à deux heures et demie d’exercices aérobics.

 

10.jpg

 

9.jpg

00:00 Écrit par Mousse dans Bien-être | Lien permanent | Commentaires (39) |  Facebook |