11/04/2017

La peur...

 8.jpg

La peur du changement

754897326841309612N7yYXzkg.png

Il t a des esprits obtus qui luttent pour que rien ne change, pour que toute structure ne perde une once de sa patine de rouille, pourtant caduque.

Moi, à l’inverse, je n’ai pas peur des changements : je les attends avec la maturité de qui sait que rien de ce qui arrive ne reste, et rien de ce qui part ne perd tout.

Parfois, nous préférons habiter dans des zones connues, indépendamment du fait qu’elles nous rendent heureux ou pas.

Car franchir la frontière du connu, c’est pénétrer dans les marasmes de la peur.

Et si ce que j’y trouve est encore pire ? Finalement, disent beaucoup de gens, mieux vaut une vie de malheur connue et acceptée que l’incertitude. La résistance au changement, comme nous le voyons, plonge profondément ses racines dans une forêt dense et chaotique où la lumière du soleil n’entre plus.

Cependant, quiconque est capable d’aller au-delà des frontières de la peur favorise le changement et les possibilités.

C’est une sensation intense et révélatrice où tout d’un coup, on devient plus réceptifs à tout ce qui nous entoure. Les idées coulent plus facilement avec ce changement et des milliers de possibilités s’ouvrent à nous.

 

9.jpg

 

10.jpg

00:00 Écrit par Mousse dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (41) |  Facebook |